ACTUALITE: Marché Des Modes Maisons De Modes Roubaix 01/02/03 Décembre

Retrouvez moi ainsi que les créateurs du label les 01/02 et 03 Décembre prochain pour la nouvelle édition du Marché Des Modes; de la mode oui; de l’accessoire aussi…mais pas que…le lifestyle fait son entrée et sa décoration haut de gamme aussi.

Retrouvez pour l’occasion une selection très raffinée de tableaux dans un nouvel agencement mélant 1 année complète de travail; 7 projets; 7 rendus visuels différents; des nouveaux formats; nouvelle approche plastique; nouveaux matériaux; du chic et freutré se mêlent au brut et à la violence; tantôt c’est précieux et brillant; tantôt c’est punk et rugueux…

Soyez curieux et venez découvrir lors de ce week end les nombreux autres créateurs réunient pour cet événement revenu une référence locale.

Béton&Grillage.RBX21017

Détails de “B&G.RBX2017“; nouveauté de cette rentrée 2017.

Nouvelle approche plastique via nouveaux matériaux tels que le grillage et le béton qui confèrent à cette pièce un côté urbain, limite punk; à l’opposé de l’ambiance feutrée et précieuse des travaux de 2016.

Un look bien à part et une vraie prise de risque dans un tout nouveau format standart: 120x120cm.

Visible à la galerie C-LG jusqu’au 29 Décembre prochain.

Prix sur demande

“Patchwork” issue d’#3

PATCHWORK 123x123cm réalisé dans le cadre du 3ème projet #3L’ExpoPrécieuse; pièce maîtresse utilisée pour la comm de l’événement et implantée en plein coeur de l’agencement de l’exposition. Sa palette de couleurs mêlant couleurs flashy avec touche de fluo dans une parfaite balance entre les couleurs chaudes et froides sont associées à la dorure des feuilles d’or couleurs cuivres et dorées invitant la lumière à caresser ce tableau qui renforce l’atmosphère chic et feutrée d’une pièce résolument contemporaine.

(collection privée roubaisienne)

#3L’ExpoPrécieuse…Juin2016 (Roubaix) et Juillet2016 (Lille)

(Trouvez ci joint l’idée conceptuelle qui accueillait les visiteurs à l’entrée de l’exposition afin de les guider au mieux dans la compréhension de ma démarche créative).

Bienvenue à #3L’ExpoPrécieuse, dernière d’une trilogie qui referme deux ans de travail;
d’essais; d’échecs; de pleurs; de joie; de créations; de déceptions; de démotivation mais
d’excitation et de détermination aussi.

Une exposition d’autant plus “précieuse” qu’elle a dû être, pour obligations contractuelles,
reportée à deux reprises…et bien faillie être annulée…

Une exposition qui se veut “précieuse” et que Cyrille-Lucien Grouselle exprime à travers un choix de palettes couleurs qui mêlent le noir, chic, sous différentes matières à la luminosité de la feuille à dorure.

Ainsi découvrez comment l’or, l’argent et le cuivre apportent cette touche métallique/métallisée aux tableaux leurs donnant des airs de bijoux dont la lueur change au fil des heures de la journée voir des saisons selon l’intensité de la lumière…plus chaude l’été, toute en retenue l’hiver et qui a cette particularité de créer cette atmosphère unique et feutrée.

Nous vous invitons ainsi à (re)découvrir les monochromes, véritables “signatures”
caractéristiques du travail toute en matière de l’Artiste, qui, habillés d’or, d’argent ou de
cuivre deviennent de véritables sculptures accrochées au mur.

Voyez comment, pour la troisième fois consécutive et sous une demande constante, cet amateur d’Art réinterprète sa presque célèbre “Croix” dans cette version argentée et dans un format unique de près de deux mètres de hauteur ; apparenté à un cercueil déclenchant assurément un malaise qui lui est propre : celui de la rencontre du profane et du sacré…un travail résolument ancré dans la culture Pop et inspiré par l’éducation chrétienne apportée par sa Grand-Mère.

Découvrez aussi le travail de précisions des œuvres Patchwork (véritable nouveauté car
aucunement présente dans les dessins et croquis préparatoires, explosion de couleurs, de
lumière et de matières, reflets de nos personnalités: complexes et diverses; nous sommes
tous un patchwork d’émotions, de sentiments et de ressentis) et (L’)Amour qui reflète avec un jeu de facettes l’intensité (lumineuse) d’un sentiment qui nous est
tantôt inconnu car nous sommes tous en quête d’Amour et/ou tantôt familier car nous avons tous été bercé par l’Amour d’une mère ou soutenu par l’Amour d’un frère, d’une sœur…en sommes :

« Quoi de plus Précieux que l’Amour? »

Enfin découvrez les techniques mises en place et appréciez les détails de craquelures; de
vernis…glacé; de noir…intense, sablé, laqué; de couleurs…mates, glossy, pigmentées et
métalliques.
Ressentez l’énergie, les cris…de joie et de douleur, la peine, la peur, la détermination,
l’envie, l’assurance et tous ces ressentis cristallisés à tout jamais dans cette exposition qui
se veut définitivement le reflet d’un Artiste sincère pour qui la mise en place de ce projet
aura été un véritable combat personnel…

Et vous?
Qu’avez-vous de plus Précieux?

#2L’ExpoFluo…Mars2015

(Trouvez ci dessous l’idée conceptuelle de la seconde exposition de mars 2015 #2L’ExpoFluo qui était en présentation à l’entrée de l’exposition afin d’inviter les visiteurs à mieux comprendre ma démarche créative)

Après la très surprenante #1 L’Expo(Introspection) dont le succès laissait clairement présager une suite à cette très belle aventure; bienvenue à #2 L’ExpoFluo ; la seconde exposition pensée ; réalisée et produite par Cyrille-Lucien Grouselle qui a volontairement voulu à travers cette deuxième édition prendre des risques et pousser la curiosité ; celle d’un autodidacte assoiffé par toutes ses possibilités de vous raconter l’histoire d’un bout de vie.

Pourquoi le fluo ?

N’y voyez pas une recherche actualisée autour d’une idée dite « tendance » ; les seules références que le fluo nous inspire serait les déboires de la planète mode des années 80/90 ou pire encore le stylisme tout aussi saccadé de la techtonic du début des années 2000.
Non ; la réflexion autour du fluo a commencé lorsque l’artiste à observer autour de lui ce phénomène passant presque inaperçu ; le fluo est partout autour de nous depuis des années ; mode ; design ; déco ; art ; le fluo est devenu LA référence pour exprimer la joie ; la folie ; l’acidité ; l’Amour qui font face à la morosité d’une vie utopique et connectée qui nous étouffe face à cette atmosphère de crise et de baisse du pouvoir d’achat.
Le Fluo donc vu comme un antidépresseur ; la touche POP’S et flashy qui vient réveiller nos intérieurs ; nos dressings ou encore mesdames le bout de vos ongles…c’est ainsi qu’il faut comprendre l’utilisation plus ou moins importante de ces touches de couleurs ; véritables révélations de l’esprit toujours aussi torturé et excessif de l’artiste qui nous montre néanmoins l’opposé de la première partie de son travail monochromé de la précédente exposition.

Une première exposition source d’une autre forme d’inspiration :

La curiosité et l’enthousiasme autour de #1 L’Expo(Introspection) méritaient qu’on se penche sur son succès et sur les marqueurs qui ont fait que certaines techniques ; certains effets visuels ont permis à l’artiste de se trouver une réelle identité picturale.
Ainsi découvrez les réinterprétations des monochromes et des techniques de « Paris-Seychelles » déclinés en version fluo: jaune ; rose ; vert et bleu comme autant d’expressions d’émotions qui se violentent aussi en seconde édition à la noirceur de la vie.
Découvrez aussi comment « Berlin#1&2 » se gavent de fluo pour donner naissance à la série « Roubaix mon Amour » telle une ode à cette ville qui l’a vu s’émanciper et devenir artiste.
Voyez enfin comment la lumière de « The Cross » a été retravaillée et repensée pour ainsi développer un art plus proche de l’Art Plastique que la Peinture ; une vraie prise de risque.

De l’Art à l’Artisanat :

En se penchant sur cette seconde exposition ; la première difficulté que l’artiste a voulu surmonté a été la réalisation par ses propres soins de la quasi-totalité des châssis ; de la préparation et mise en place des toiles dans une volonté d’offrir aux futurs acquéreurs la satisfaction d’un travail pensé et fini entièrement de ses mains.
Sa curiosité lui a également permis de développer des techniques encore jamais utilisées ; techniques qui ajoutent autant de valeurs ajoutées aux produits telle que l’utilisation de la résine qui est utilisée en couche de finition et qui révèle une nouvelle nature au fluo.
Le « Spraying » ou l’utilisation de la bombe aérosol qui a révélé le côté graffeur insoupçonné de l’Artiste et qui lui a permis de découvrir une nouvelle façon plus douce ; plus « aérée » de distiller le fluo.

Bienvenu à #2 L’ExpoFluo, laissez-vous vous évader par la violence de certaines toiles ; la tendresse d’autres ; l’Amour de certaines et l’optimisme qui émane de cette exposition qui se veut un véritable dénominateur du Bonheur.

 

Souviens toi #2…

Mars2015; 9mois après la première exposition, nous frappions fort avec un thème qui déroutera toutes les personnes présentes au premier vernissage. Interrogations; doute; questionnement et curiosité viendront contribuer au succés de cette exposition colorée véritable pied de nez à la première; au revoir spleen mélancolique; bonjour explosion de couleurs; l’artiste s’affirme dans la PopCulture.

Infographiste: Elodie Messiaen

Souviens toi…#1

#1L’Expo(Introspection) ou le début d’une sacrée aventure; 6mois de réalisation; 20 toiles; 3 thèmes; une scénographie à couper le souple; zéro budget!! Autant vous dire que c’était sacrément culotté; souvenir indélébile du montage la veille de l’évenement; de l’énergie et de l’émotion qui émanaient de cette soirée mais surtout le vernissage qui m’a propulsé tellement haut que suivra 9mois plus tard la seconde exposition en nom propre #2L’ExpoFluo…

Infographiste: Elodie Messiaen

Mars2015…PopUpTheJam Bruxelles

Un artiste surprenant et attachant

 « Pour moi, l’art c’est plus qu’une libération, c’est une jouissance »

propos receuillis et mis en page par © Morine Van der Linden

C’est au Jam hôtel de Bruxelles, à l’occasion du POP UP THE JAM que j’ai eu le plaisir de rencontrer Cyrille-Lucien Grouselle, jeune artiste peintre. Lors de cet événement, les 80 chambres de l’hôtel se sont transformées en un Pop Up Store où chaque participant présentait ses créations. C’est en poussant la porte de la chambre 307 que j’ai découvert l’univers de cet artiste de 36 ans, un vrai autodidacte qui fonctionne à l’instinct et à la passion.

Les tableaux de Cyrille sont orientés autour de ses propres émotions. C’est tantôt l’humeur du jour, tantôt la volonté de créer une atmosphère chic et feutrée, exprimée à travers une palette de couleurs récurrente : le noir, le camaïeu de gris, le rouge omniprésent mais juste par touches et surtout la feuille à dorure qui apporte une luminosité insaisissable. Enfin, la résine qui a ce rendu glacé, figé comme emprisonné à tout jamais.
Le rendu ultra brillant de ses œuvres accentue le côté chic et sobre propre à la personnalité de Cyrille. Dans ses tableaux, la lumière et l’obscurité s’emmêlent les pinceaux. Ses œuvres sont à la fois lumineusement sombres et sombrement lumineuses.

« Quand je n’ai pas d’inspiration, j’ai tendance à aller me poignarder moi-même pour me faire violence. Ce besoin de m’exprimer et de ne pas sombrer a fait de moi un artiste » dit Cyrille. La peinture est un exutoire pour lui, cela lui permet d’exprimer son spleen. Il a repris les pinceaux après dix ans de non-activité, dix ans durant lesquels il était marié et heureux et n’avait donc pas ce besoin d’expression. Une main caressant sa chevelure sombre et les yeux brillants, Cyrille confie que si la tristesse était sa seule source d’inspiration, désormais il peut ressentir de la joie et avoir envie de peindre. Pour peindre, il aime être dans sa bulle, se couper du monde, se couper des siens et même de sa mère. Entre elle et Cyrille, il y a un amour inconditionnel qui l’aide à avoir confiance en lui. Quand il lui a fait part du désir de vivre de son art, c’était une évidence pour elle car  avant même que Cyrille sache marcher, il mélangeait des couleurs. Elle a toujours su que son fils était un artiste.

« Il y a quelque chose de presque éjaculatoire. »

Cyrille sait pourquoi il peint. Ce qui l’intéresse, c’est la vision que chacun peut avoir de ses tableaux. Dans ses derniers Monochromes quatre épaisseurs noirs, les femmes y voient un côté très féminin, très textile, entre la chaîne et la maille. Mais la réalité est tout autre et se ressent dans la vision que les hommes en ont. Effectivement, dans ses tableaux, il y a quelque chose de très violent, très saccadé, « presque éjaculatoire » explique Cyrille. Cette violence évoque davantage une cage, une prison que du tissu.
Peindre c’est bien, le mettre en avant c’est autre chose
« Peindre, ce n’est pas donné à tout le monde. Quand on a ce talent, il faut savoir l’exprimer et une fois que c’est exprimé, il faut savoir l’exploiter et c’est toute la difficulté ». Cyrille est conscient de la difficulté de percer, mais il n’a pas hésité à lâcher le métier sécurisé qu’il exerçait depuis 15 ans pour se lancer exclusivement dans l’expression de son art. Ancien vendeur dans le prêt-à-porter, il conserve malgré tout un profond amour pour le textile. Ce qui explique sa collaboration avec des créateurs qui l’ont sollicité pour sortir des collections inspirées de ses tableaux. Pour Cyrille, l’art et la mode sont étroitement liés.

« J’aime l’idée que l’un flirte avec l’autre, que l’un soit amant de l’autre. »

L’intérêt dans cette collaboration est de ne pas voir son travail juste accroché sur un mur, « au contraire lorsqu’on est sur un monochrome à 1000 euros, et qu’on ne peut pas se l’offrir, c’est intéressant pour moi de le voir gigoter sur les fesses d’une demoiselle, sur un legging à 120 euros », explique Cyrille l’air amusé . Il aime l’idée de faire descendre l’art dans la rue via la mode , « que l’un flirte avec l’autre, que l’un soit amant de l’autre, qu’il y ait un côté très commun, très lié ».

Cyrille ne sait pas ce que l’avenir lui réserve mais aujourd’hui, sa volonté est de continuer à s’exprimer à travers la peinture.

Souviens toi…Juin2014

(Idée conceptuelle de #1 L’Expo(Introspection) qui attendait les invités à l’entrée de l’exposition pour les initier à la réflexion et à ma démarche créative)

#1L’Expo(Introspection)

Regarder derrière soi ; faire le point ; le constat d’un bout de vie pour mieux l’appréhender…
Se rendre compte de qui nous sommes ; de ceux qui nous entourent ; de ce qu’ils apportent (ou pas) et du chemin qui nous reste à poursuivre…

« Bienvenue à #1 L’Expo/Introspection » où comment exprimer ses sentiments quand ces derniers sont bafoués ; anéantis ; bouillonnants ; naissants…de Haine et d’Amour.

C’est en reprenant les pinceaux après 10 ans sans pratique que Cyrille aka Cyrille-Lucien GROUSELLE a réussi à se projeter autrement et à répondre à ces propres questions. En résulte vingt toiles sous trois thèmes qui vous transporteront dans cet univers atypique et torturé qui est le sien.

Les « monochromes » pour commencer ; tout blanc ou tout noir mais jamais gris ; ou comment exprimer l’excessivité qui est en lui à travers un choix non anodin de couleurs qui au final n’en sont pas : le blanc qui se révèle comme une source de lumière ; d’inspiration ; de renouveau face au noir qui le plonge dans le doute ; la tristesse ; le coma tels des montagnes russes jouant de ses émotions.

Puis suit le thème « noir & or » ; ou comment entrapercevoir cette lumière qui vous tire du néant dans lequel vous vous engluez ? Un choix alliant la feuille à dorure au noir qui se confond en des matières sablée ; glossy ou mat (pour un rendu chic et luxueux)
Enfin arrive le thème sur la « couleur » ; ou comment confirmer l’excessivité de cet artiste qui passe du blanc au noir par la lumière pour enfin terminer par une explosion de couleurs ; de joie ; de bonheur et d’Amour.